*Photo d'un IRM avec son tunnel et son dispositif de placement allongé du patient

Evaluer les Risques Electromagnétiques des IRMs
Evaluer les RISQUES ELECTROMAGNETIQUES en proximité des IRMs des RMNs des relaxomètres
























 
Actions préventives à mettre en place
L’évaluation détermine si il y dépassements des VLE (valeurs limites d’exposition) et/ou des VA (Valeurs déclenchant l’action). Si c’est le cas l’employeur met en place des mesures de prévention. Une signalétique spécifique est mise en place, signalétique accompagnée d’informations et des détails des mesures de préventions décidées.
 
Rayonnements générés par la technologie IRM
La technologie IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) est de plus en plus utilisée en imagerie médicale. Cette technologie génère des rayonnements non ionisants dans plusieurs domaines
Il ne faut pas omettre la présence des champs 50Hz liés à l’apport d’énergie dans les zones technique autour de l’IRM. Ces champs électromagnétiques sont relativement forts et proportionnels aux courants de fonctionnement de l’IRM. Ces champs électromagnétiques doivent faire l’objet d’une évaluation pour déterminer le niveau de risque sanitaire.

- Les rayonnements à fréquence nulle dits B0, champ magnétique statique exprimé en Tesla ou Gauss

- Les rayonnements de type gradients commutés dans des fréquences entre 100Hz et 1kHz.

- Les rayonnements hauts fréquences dits « radiofréquences », ces hautes fréquences sont corrélés avec la puissance de l’aimant. Exemple un IRM 1.5 Tesla génère une fréquence de 64 MHz. Un IRM de 3 Tesla génère une fréquence de 128 MHz. La haute fréquence générée est proportionnel à la puissance de l’aimant, pour 8 Tesla la haute fréquence générée est de 341MHz.


Il ne faut pas omettre la présence des champs 50Hz liés à l’apport d’énergie dans les zones technique autour de l’IRM. Ces champs électromagnétiques sont relativement forts et proportionnels aux courants de fonctionnement de l’IRM. Ces champs électromagnétiques doivent faire l’objet d’une évaluation pour déterminer le niveau de risque sanitaire.
 
- Le champ d’induction magnétique (exprimé en Tesla ou Gauss) en proximité sur les zones techniques doit être quantifié par mesures. Les personnels de maintenance sont les plus exposés sur ces surfaces techniques ou normalement l’accès est restreint sur habilitation électrique.

Travailler en proximité d’u  IRM nécessite la compréhension de la répartition spatiale des champs électromagnétiques. Les niveaux de champs électromagnétiques présents doivent être vérifiés et être conformes avec le nouveau décret 2016-1074 du 3 Août 20106 qui fixe les niveaux de rayonnements dans le domaine professionnel.

En 2015 la France est équipée de 835 IRMs, ce chiffre ne fait qu’augmenter. Des IRMs beaucoup plus puissants et de nouvelle génération sont mis sur le marché. La grande majorité des matériels actuels est constituée d’IRMs 1.5 et 3 Tesla. De nouveaux matériels fonctionnent jusqu’à 8 Tesla.

Quelles obligations pour les employeurs
L’employeur doit évaluer les risques d’exposition électromagnétique. Cette évaluation se fait par étude documentaire et si cela n’est pas suffisant des mesures/calculs seront utilisés pour déterminer les risques. 

Les résultats de ces évaluations sont transmis au médecin du travail, au CHSCT et aux représentants du personnel.

Quelles obligations pour les employeurs
L’employeur doit évaluer les risques d’exposition électromagnétique. Cette évaluation se fait par étude documentaire et si cela n’est pas suffisant des mesures/calculs seront utilisés pour déterminer les risques.
Les résultats de ces évaluations sont transmis au médecin du travail, au CHSCT et aux représentants du personnel.